pacific promotion tahiti






Robert Wan Pour la perle de culture de Tahiti, Robert Wan reste la référence en matière de qualité grâce à son incroyable volonté de se surpasser.
Boutique

Photothèque

Fonds d'écran

Tahiti Solaire

Vidéos

Le mythe Océanien

Fables de La Fontaine

Robert Wan

La perle de Tahiti

Auteurs

BOBCAT

Qui sommes-nous ?

Nous contacter

Liens

Accueil
ROBERT WAN, UN HOMME, UNE VIE

Comment décrire la passion d'une vie ? Tour à tour dévorante, exaltante et décourageante, omniprésente et indispensable... vitale... la Perle. Histoire d'une rencontre, histoire d'un coup de foudre, passionné et fidèle... histoire de toute une vie.

" La perle m'a toujours porté chance... et je le lui ai bien rendu. "


OUVERTURE SUR LE MONDE

Robert Wan a reçu des principes d'éducation stricts et sans complaisance, des bases sévères et dures, qu'il a su utiliser pour construire sa vie. Tout en puisant force et détermination dans son passé et sa culture, Robert Wan reste un homme profondément moderne et en perpétuelle remise en question. Sa force : aller de l'avant.

Une destinée hors du commun
Les racines : au début du siècle, alors que beaucoup de Chinois s'expatrient vers les États-Unis, la Malaisie, le Sud-Est asiatique et Honolulu, un artiste-peintre chinois, Wan Fong, échoue quant à lui à Tahiti. Il avait alors 19 ans et fuyait son pays dans l'espoir de faire fortune. Wang Fong et sa femme Lai Mui ont eu 11 enfants à Tahiti; Robert Wan est le septième.

Le destin : des années plus tard, en découvrant le village de ses ancêtres, Robert Wan se souvient avoir remercié intérieurement son père de l'avoir fait naître à Tahiti. Ce hasard lui a donné la chance d'accomplir une destinée unique, celle du plus grand pionnier de la perle de culture de Polynésie. Rien n'est jamais acquis ; Robert Wan n'a pas fini de réaliser sa destinée hors du commun, avec ses proches pour l'accompagner. Issu d'une famille nombreuse et soudée, Robert Wan a lui-même 4 enfants et 6 petits-enfants. La famille, du côté de ses ancêtres chinois ou de sa descendance tahitienne, occupe une place prépondérante dans la vie de Robert Wan et certains de ses membres sont très impliqués dans le groupe. Passionné et opiniâtre, Robert Wan insuffle sa foi à ses proches pour que, à leur tour, ils puissent poursuivre cette grande aventure.

Robert Wan UNE CULTURE, UNE AMBITION

L'ouverture : l'enfance de Robert Wan se déroule à Papeete, et il en garde de nombreux souvenirs. Sa famille est modeste, la vie se construit au jour le jour. Robert Wan se souvient avec émotion de son enfance. En grandissant, il apprend le chinois à la maison et le tahitien après les cours, dans la rue. Il entre en contact avec la langue française en fréquentant l'école chinoise de Tahiti, puis le lycée. La mixité culturelle est un atout majeur. Robert Wan est un homme d'ouverture par excellence, ayant intégré des principes d'éducation aussi riches que différents. À l'âge de 13 ans, il obtient son certificat d'études chinois. Homme d'affaire autodidacte, Robert Wan aura appris de ses expériences avant tout.

L'inspiration : la famille déménage souvent, mais Robert Wan se souvient tout particulièrement du quartier de Manuhoe, à Papeete où il y croise bon nombre de futurs hommes d'affaires et membres du gouvernement de Polynésie française. Lors de ses premières expériences professionnelles, Robert Wan a beaucoup voyagé et rencontré de nombreuses personnalités qui ont été autant de sources d'inspiration. Un climat d'émulation règne et Robert Wan est rempli d'une saine ambition, pour lui-même et pour son pays.

Un aventurier opiniâtre

À partir de 19 ans, Robert Wan entre dans le monde du travail. Cabinet comptable, agence maritime, négoce import-export, concessionnaire automobile... Successivement employé, actionnaire puis propriétaire de différentes activités, Robert Wan acquiert l'amour du travail bien fait et fait ses premières armes. C'est une longue période d'apprentissage, de rencontres, de voyages et de découverte du monde. Robert Wan jette les bases de ses projets à venir et prépare ses développements futurs. Il investit dans des secteurs variés. Robert Wan, homme d'affaires pluridisciplinaire, mène ses projets de front. Curieux et obstiné, il s'intéresse, apprend et investit sans cesse. En 1973, Robert Wan étudie l'implantation d'un projet hôtelier avec des partenaires japonais. Cette affaire avorte pour cause de crise pétrolière. Malgré le marasme mondial, croyant au développement de son pays, c'est en Polynésie qu'il décide d'investir.

Le visionnaire et la perle

La révélation

En 1973, la culture de la perle apparaît à Robert Wan comme le début d'une magnifique aventure. Il a choisi, une fois pour toutes, la Polynésie, sa patrie de cœur et la Polynésie le lui rendra bien en lui ouvrant l'accès aux richesses de ses lagons. Plus que quiconque avant lui sans doute, il voit dans la perliculture un moyen de mettre en avant la Polynésie et ses trésors.

Le défi

En 1963, le gouvernement polynésien décide de favoriser la culture de la perle. Nombreux sont les investisseurs, aventuriers ou scientifiques qui se sont essayés à la perle de Polynésie, nombreux ont été les échecs. Même si l'idée et la volonté du gouvernement de l'époque étaient bien réelles, il a fallu la détermination, la force et les investissements d'hommes d'affaires privés tels Robert Wan pour faire naître le rêve. Parti de rien, Robert Wan a fait de la perle de culture de Polynésie la seul gemme française, vedette de la haute joaillerie. Il sait que le potentiel des atolls est énorme, et 30 ans après ses premières greffes, il croit plus que jamais au développement de la poe rava (littéralement "perle noire aux reflets verts", en tahitien). Il investit, se remet sans cesse en question, expérimente, vérifie ses observations et met à profit ses découvertes.
De la nacre à la perle, de la haute joaillerie à la science, Robert Wan veut tout comprendre, tout tenter.

LA PERLE, UNE AVENTURE HUMAINE

Les rencontres clés de l'histoire de Robert Wan sont celles, magnifiques, avec les grandes figures de la perliculture, et celles avec les atolls donnant naissance aux trésors de la Polynésie. La production de perles pourtant est un défi permanent. Robert Wan aime gagner ses paris et laisse le moins de place possible au hasard, il a tout misé sur la perle. Les profits de sa toute première récolte ont été intégralement réinvestis, ainsi que ceux des suivantes. Lorsque son instinct le lui souffle, il prend tous les risques pour se donner les moyens de réussir. C'est cette force qui lui a souvent porté chance.

Marutea

Une histoire de rencontre

Rencontre mystique

En 1974, Robert Wan se rend au Japon et le destin lui sourit : Robert Wan rencontre un expert dans le domaine de la perliculture. Il est recommandé auprès du professeur Sato, un très respectable monsieur reconnu dans ce milieu. Le professeur avait eu l'honneur de travailler avec l'inventeur de la perliculture M. Mikimoto. Il introduit Robert Wan auprès du petit-fils de Mikimoto, qui lui confie alors que s'il produit des perles de qualité, il serait toujours acheteur. La rencontre a lieu dans la mythique île de la perle, au cœur de la province de Mie, dans la ville de Toba. En 1977, la première récolte de Robert Wan a été dans son intégralité achetée par la maison Mikimoto. Robert Wan est particulièrement attentif aux signes de la vie. Mikimoto a été le premier à accorder sa confiance à Robert Wan et ce lien existe toujours aujourd'hui.

Des sites magiques

Robert Wan décide d'investir. Il découvre Tahit Perles, la société du biologiste australien William Reed. Celui-ci s'était établi dans l'archipel des Gambier, à Mangareva, avec l'espoir d'y produire des perles. Aucune production n'a été récoltée encore lorsque Robert Wan décide, en 1974, de l'acheter, avec deux de ses frères et des amis.
En 1984, il achète l'atoll de Marutea Sud à Jean-Claude Brouillet, un des premiers grands aventuriers de la perle en Polynésie. Aujourd'hui, les perles de Marutea Sud sont reconnaissables entre toutes. Pour Robert Wan, se sont les plus belles au monde. Il fait, en 1990, l'acquisition de l'atoll de Nengo Nengo, dans l'archipel des Tuamotu. Il s'agit d'une première puisque cet atoll était totalement vierge au moment de son achat. Aujourd'hui, seules 70 personnes vivent sur cet atoll, comme dans un village presque coupé du monde. Robert Wan exploite aujourd'hui différents sites dans l'archipel des Tuamotu-Gambier, dans les îles de Marutea Sud, Nengo Nengo, Fakarava et Mangareva.

Marutea
FOLIE D'UN PROJET, SAGESSE D'UN HOMME

À cette époque, la perliculture représente une prise de risque immense. Seuls quelques essais et expériences avaient été conduits sur la greffe de la nacre polynésienne. Robert Wan ne savait ni combien d'argent il aurait à investir, ni combien de temps cela prendrait, ni même si l'opération serait un jour rentable. Les fonds nécessaires au lancement d'une telle entreprise sont énormes et les profits générés par ses activités agro-alimentaires vont permettre à Robert Wan de se lancer dans l'aventure. À des milliers de kilomètres de Papeete, il faut tout construire de rien pour installer les ouvriers. L'éloignement rend impossible les approvisionnements en vivres et matériels. Impossible d'envisager une exploitation sans avion. Robert achète son premier appareil : le Beachcraft Bonanza de Jacques Brel. Ce vieux "coucou" avait commencé sa carrière lors de la guerre de Corée, et l'a terminée sur les atolls de Robert Wan. Bien d'autres avions ont suivi... Infrastructures variées, groupes électrogènes, logements, pistes d'atterrissage, Robert Wan investit massivement dans ses fermes. Fort des conseils de grands experts, Robert Wan commence en pionnier, à très petite échelle, la production de perles. Maladies, caprices climatiques, aléas divers, l'entreprise n'est pas rentable avant des années. À la fin des années 70, on passe d'une production artisanale à une ferme aquacole organisée. Robert Wan se donne les moyens de réussir en s'entourant des meilleurs scientifiques, greffeurs et spécialistes. Avec du recul, en réalisant que Robert Wan a tout construit à partir de rien, à des centaines de kilomètres de Tahiti, et a investi des fortunes dans ce projet à grande échelle, on doit bien reconnaître une certaine folie à cette aventure.

UNE ENTREPRISE SEMÉE D'EMBÛCHES

La culture des perles, en plus d'être incertaine, longue et fastidieuse, laisse des fermes à la merci des caprices de la nature. En 1996, une dépression touche les Tuamotu, et en pleine nuit, l'eau monte sur l'atoll de Nengo Nengo, à 560 km de Tahiti. Les hautes pressions créent des phénomènes climatiques extrêmes et spectaculaires. Un atoll culminant à environ 2 mètres au dessus du niveau de la mer est alors très vulnérable et isolé. Les travailleurs de cette ferme se souviennent encore de leur réveil, en pleine nuit, les pieds puis les jambes entières dans l'eau. Une seule chose à faire : s'attacher à un cocotier et attendre que l'eau redescende... en emportant tout sur son passage. Les maisons, les installations, ravageant la piste d'atterrissage et bien sûr annihilant les investissements de plusieurs années sur la ferme : les naissains, les nacres en attente de greffe... ou les nacres en attente de récolte. Plusieurs années de travail dispersées dans l'océan. D'autres catastrophes menacent les populations de nacres, comme les parasites, les prédateurs tels que les tortues, les raies ou encore les maladies... De graves épidémies peuvent décimer les lagons.

La foi, la ténacité,... la réussite

C'est en apprenant de ses échecs que Robert Wan trouve sa force. Il avoue que, bien souvent, il a frôlé le découragement. Mais son ouverture d'esprit, son équilibre, sa capacité d'adaptation lui ont permis de réussir là où d'autres ont abandonné. Malgré les difficultés qui se sont présentées sur sa route, Robert Wan a poursuivi l'aventure. Depuis 30 ans, il s'obstine à produire des perles, les plus belles. Ni les revers de fortune, ni l'évolution parfois capricieuse du marché ne sont venus à bout de sa volonté de fer. Il a toujours cru en ses perles, et ce depuis la toute première récolte. Cette perle, toute nouvelle, a gagné ses galons de gemme, au même titre que les pierre précieuses. Le Gemmological Institute of America (GIA), a donné à la perle de culture de Tahiti ses lettres de noblesse en la reconnaissant comme gemme à part entière. La perle de culture de Tahiti est à présent reconnue mondialement comme une perle des plus précieuses. Des critères de qualité et d'évaluation extrêmement stricts permettent d'en garantir la valeur. Une aile consacrée à l'éducation, du bâtiment du GIA à Carlsbad, Californie, entièrement dédiée à Robert Wan, témoigne de la reconnaissance du monde des gemmes au pionnier de la perle de culture de Tahiti. Créant ses propres enchères à Hong Kong en 1998, Robert Wan s'est rapproché des professionnels, répondant à la demande du marché avec une qualité de perle inégalée, et ses fabuleuses tendances de couleurs, calibres et formes exceptionnelles. La reconnaissance et la notoriété sont au rendez-vous.

La consécration suprême pour Robert Wan : contempler ses plus belles perles sublimées par une femme.

DE L'HARMONIE EN MOUVEMENT

À Tahiti, à la croisée des cultures maohi traditionnelles, chinoises et européennes, les matières et les styles cohabitent harmonieusement. Les architectures asiatiques et polynésiennes ont en commun l'amour du bois et des matières simples. Sable, écorces, verre, coquillages, bambou déroulé, le cadre de vie de Robert Wan est aussi unique et coloré que peuvent l'être chacune de ses perles. Robert Wan est le reflet de cette mixité, de part sa culture, sa philosophie, son art de vivre.

Entre tradition et modernité

Intimité

La maison de Robert Wan à Tahiti est appelée par sa famille et par lui-même " le Village ". Cette demeure est née d'un désir de vivre en communauté familiale, tout en préservant l'intimité de chacun. Un grand terrain au bord de la mer, plusieurs bungalows, un bureau, un salon immense et surtout une cuisine conçue pour une famille très nombreuse... La maison respire, ouverte aux quatre vents et aux plantes qui y prennent presque racine. Chez Robert Wan, les parfums de tiare Tahiti et d'encens, la pureté des formes inspirées par la nature et les objets familiers procurent une sensation de confort aux visiteurs. On peut, dans la même pièce, changer d'horizon, être transporté à l'autre bout du monde ou se sentir chez soi depuis toujours. Zen, tel est le mot qui vient à l'esprit lorsqu'on ressent l'ambiance de la maison. Des vases " bleu-blanc " d'inspiration Ming, peints à la main, évoquent la porcelaine fine et presque transparente de la Chine impériale. Leurs tons de bleus tranchent avec le bois exotique sombre et les bambous. Couleurs et lumières du sud et accents d'Asie, les matières et les volumes se côtoient sans fausse note. Les objets récoltés lors de ses nombreux voyages ont inspiré Robert Wan. Les tissus des coussins, les vases et plats sont comme autant de carnets de voyages. Chaque objet parle de Robert Wan, chacun dans sa langue. Hétéroclite mais harmonieuse, animée mais sereine, la maison de Robert Wan est le miroir de sa personnalité pluriculturelle : peintures et objets chinois anciens, meubles et lampes traditionnels tahitiens, cadeaux et souvenirs de voyage, côtoient les dernières installations high-tech.

Matières

Robert Wan est fidèle aux matériaux de Polynésie. Exotiques pour les Occidentaux, ces matières sont utilisées depuis toujours dans les îles et font partie de la vie de tous les jours. Omniprésent, le bambou, épais, utilisé en meuble ou finement tressé en abat-jour ou vannerie. Le tapa, ou tissu issu d'écorces, sert de décoration ou de support à des tableaux polynésiens. Enfin la nacre. Présente depuis toujours dans les objets artisanaux ou utilitaires polynésiens, elle est partout. Aujourd'hui, la nacre des atolls de Robert Wan est, elle aussi, travaillée, polie, taillée pour être mariée avec les matières les plus nobles afin de donner naissance à un art de la table et de la maison tout à fait unique.

UN ESTHÈTE PASSIONNÉ

La perle

La plus grande passion de Robert Wan est sans aucun doute la perle. Mystique et rassurante en même temps, intemporelle et inédite, elle est toujours associée aux grands bonheurs de la vie. La perle est la seule gemme au monde née d'un être vivant, naturellement parfaite et ne nécessitant aucun traitement. Elle séduit dès la première rencontre comme par magie, et plus on la côtoie, plus on l'aime. En faisant découvrir la perle de culture de Tahiti, en présentant sa couleur, son eau, son lustre, sa forme, Robert Wan a toujours lu dans les yeux des observateurs de la surprise et de la fascination. Pour Robert Wan aussi, depuis sa première récolte jusqu'à aujourd'hui, la passion du premier jour est intacte. Il aime les perles, et il est toujours présent aux récoltes, moments magiques sur les fermes. Il peut reconnaître ses propres perles et déterminer leur provenance comme un œnologue peut déterminer le cépage d'un vin. Robert Wan aime à comparer les vignobles et ses atolls. "Il existe des similarités entre une perle et une bouteille : leur qualité, qu'elle se mesure à l'arôme ou aux caractéristiques gustatives pour le vin ou au lustre et à l'orient pour la perle, dépend étroitement du terroir qui les a vues grandir. Et aussi de la main qui leur a données naissance".

La Femme

Robert Wan reconnaît être amoureux des femmes. À travers son métier, il rend hommage aux femmes à sa manière : "offrir ce qu'il y a de plus beau, la perle, seul joyau vivant pouvant s'exprimer différemment en fonction des lumières de celle qui la porte". Robert Wan affirme qu'il existe une perle pour chaque femme. Il poursuit sa quête pour que chaque perle soit unique par sa beauté et sa qualité.

LA CRÉATION

Amoureux du beau, Robert Wan s'entoure des meilleurs designers pour sa marque. Aussi bien en joaillerie que dans l'art de la maison, la beauté naît de l'harmonie. L'équipe de stylistes choisie par Robert Wan est celle qui a su observer la pureté de la matière, qu'elle soit perle ou nacre, comprendre son infinie richesse, mettre en avant sa beauté intrinsèque. Tout comme le bijou doit révéler la femme, il n'est pas besoin de couvrir une perle d'or et de diamants pour en faire un joyau. Les matériaux, le design, le dessin, les ornements n'existent que pour rehausser sa beauté. Robert Wan ouvre ses portes à de nouveaux artistes, les encourageant à découvrir la perle et la nacre. Nul doute qu'ils sauront créer à l'infini autour de ces gemmes. Le leitmotiv de Robert Wan : créativité, pureté, qualité.

L'équilibre et le partage

Mère Nature

Les perles Robert Wan puisent leur beauté dans les lagons purs des Tuamotu-Gambier. Un pacte a été conclu entre Robert Wan et les atolls : préserver la qualité de l'eau et des sites. Des scientifiques étudient et contrôlent l'eau, la faune et la flore des lagons et Robert Wan investit continuellement dans des activités d'observation et de recherche sur l'environnement sous-marin. Pour Robert Wan, le développement de la perliculture doit se faire en parfaite harmonie avec la nature et exige un respect total de l'environnement. Robert Wan et son équipe savent qu'un respect total de cet engagement est la seule voie possible pour un développement durable et fructueux. Impossible de faire ce métier sans aimer la nature. Et inversement, c'est sans doute parce que Robert Wan aime autant la nature qu'il a choisi ce métier. Lui-même dit n'aimer que le grand air, celui de ses îles plus particulièrement. Homme d'une grande simplicité, il dit aussi se sentir mieux sur ses îles que partout ailleurs et il suffit de le voir à Marutea, Nengo Nengo ou dans une autre de ses fermes pour en être persuadé : l'homme d'affaires disparaît, laissant la place au perliculteur, au travailleur, au pêcheur, éternellement émerveillé.

MaruteaMarutea
Mécène

Conscient de son rôle de précurseur, Robert Wan a eu à cœur de consigner et de garder précieusement tous les éléments qui lui ont permis d'avancer. Collectionneur et passionné, il a fondé le premier musée dédié à la perle en général et à la perle de culture en particulier, à Papeete, Tahiti, son île. Véritable bible, on y trouve tout ce qui touche de près ou de loin à la perle, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Des milliers de visiteurs, chaque mois, se laissent guider par l'homme qui aime à faire partager sa grande passion.

Musée de la perle
L'ESPRIT ZEN, LE COEUR ARDENT

Art de Vie

La philosophie de Robert Wan, empreinte d'authenticité et de douceur de vivre, est basée sur le zen asiatique. Ses principes intègrent certaines bases Feng Shui, la sagesse et l'équilibre oriental, le pragmatisme européen. Elle est le reflet de la personnalité multiple de Robert Wan, un subtil mélange d'Asie, de Polynésie et d'Europe. L'univers de Robert Wan est harmonieux et apaisant. Chez lui, Robert Wan aime à s'entourer d'éléments tels que l'eau, le cristal et le sable qui représentent pour lui la richesse et la pureté de ses lagons. Ses couleurs : le vert, couleur du renouveau et de la jeunesse, représentant les transformations et l'équilibre, et le blanc, couleur de la pureté symbolisant l'infini.

Zen

Robert Wan a mené une vie pleine. Sa réussite tient essentiellement à son travail acharné et à son instinct, mais aussi à son incroyable sérénité. Son activité même, mariage entre le défi permanent et la patience, rappelle quotidiennement ces préceptes : la culture de la perle nécessite des investissements colossaux pour des récoltes à des années de là. Même si l'on peut estimer, prévoir, s'avancer sur le succès d'une récolte prochaine, les résultats restent hypothétiques jusqu'au jour de la récolte. On ne peut que spéculer sur la qualité. La perliculture exige des nerfs d'acier, une volonté de fer et une sérénité à toute épreuve. Robert Wan a été assez humble et sage pour tout apprendre de l'expérience des gens simples qui connaissent le lagon, les îles et leurs secrets. La philosophie de Robert Wan est faite de patience, de sagesse, de maîtrise et de sérénité, mais aussi de résignation. De nombreuses déconvenues lui ont appris à se remettre en question; chez lui l'échec n'est pas synonyme de reddition. Robert Wan accepte ses erreurs et s'en nourrit.

La perfection... toujours.

Depuis 30 ans, Robert Wan produit des perles. En quête de perfection, son but affiché est d'améliorer sans cesse la qualité de ses joyaux. Pour cela, il allie l'expérience des anciens à ses propres observations. Ainsi, scientifiques et spécialistes l'assistent continuellement dans cette mission. Ses efforts ont porté leurs fruits. Ainsi Robert Wan propose des couleurs et une qualité de perle qui n'existaient pas il y a quelques années. Repoussant sans cesse les limites du possible, il reste la référence en matière de qualité grâce à cette incroyable volonté de se surpasser.

LES SIGNES D'UNE VIE

L'instinct et l'intuition

Excellent gestionnaire, Robert Wan se fie pourtant d'abord à son instinct pour la prise de décisions importantes. Pour ses affaires comme pour les personnes, Robert Wan fait avant tout confiance à ses premières impressions. Avec lui, un mot, un signe, un regard sont essentiels.

Les symboles de vie

Robert Wan croît en la puissance du destin. Il est particulièrement sensible aux signes de la vie. Le hasard et les rencontres lui ont souvent porté chance. C'est sa rencontre avec le professeur Sato au Japon, par exemple, qui a réellement déclenché en lui le désir de se lancer dans la perliculture. D'autres rencontres clés de sa vie sont des clins d'œils du destin que Robert Wan sait reconnaître et apprécier. Même les échecs sont des signes à interpréter.

Le retour aux sources

Robert Wan a aujourd'hui beaucoup d'occasions de voyager en Chine. Depuis Hong Kong où il organise les principales enchères pour la perle de culture de Tahiti, il rend souvent visite à sa famille restée en Chine. De langue maternelle haka, Robert Wan prend aujourd'hui des cours de mandarin afin de tisser des liens plus forts avec la terre de ses ancêtres. Ce retour aux sources est pour Robert Wan un réservoir d'inspiration continuelle.

La tête remplie de rêves, Robert Wan est un éternel jeune homme. Il dit lui-même avoir fait ses choix importants tout au long de sa vie, apprenant au fur et à mesure de ses expériences. Sa soif de découvertes, de nouveaux défis et de perfection le motivent à aller toujours plus loin.


BIOGRAPHIE   

Octobre 1934   Naissance de Robert Wan à Tahiti, Polynésie française
1941-1954Scolarité : École chinoise de Tahiti, École de Gendarmerie, Pensionnat
1954Début de la vie professionnelle
Décès du père de Robert Wan
1955Négoce import-export
1956Mariage, naissance de son premier fils
Décès de la mère de Robert Wan
1956-1960Création de diverses sociétés
1958Naissance de son deuxième fils
1960Naissance de sa fille
1963-1970Création du groupe agro-alimentaire
1973Crise du pétrole - Rencontre avec Mikimoto, à Kobe, Japon
1974Création de Tahiti Perles, achat de la société et ferme de William Reed, sur l'île de Mangareva, archipel des Gambier
1975Greffe des premières nacres
1977Première récolte et vente à Mikimoto des premières perles
1978Seconde récolte et vente à Golay Buchel
1981Achat du Anu Anuraro, archipel des Tuamotu
1983Cyclones ravageant la Polynésie
1984Achat de l'atoll de Marutea Sud, archipel des Gambier, fermes de Jean-Claude Brouillet
1987Création de Wanair
1988Achat d'un site sur l'île de Aukena, archipel des Gambier
1991Achat de l'atoll de Nengo Nengo, archipel des Tuamotu
1994Achat d'un site sur l'atoll de Fakarava, archipel des Tuamotu
Achat d'un site sur l'atoll de Raraka, archipel des Tuamotu
Décoration des Lauriers d'Or de la Qualité et de l'Esthétique
1995-2001Ouvertures de boutiques Tahiti Perles dans les Sheraton et Intercontinental Beachcomber Resort, les plus prestigieux hôtels de Polynésie française, à Tahiti, Moorea et Bora Bora
1995Achat de l'atoll de Katiu, archipel des Tuamotu
1996Décoré Chevalier de l'Ordre National du Mérite par le gouvernement français
1998Première vente aux enchères Robert Wan à Hong Kong
Création du Musée de la Perle de Tahiti
Ouverture de la boutique Tahiti Perles à Papeete, Tahiti
1999Inauguration du Robert Wan Educational Wing du Gemmological Institute of America, Carlsbad, Californie, en hommage à son travail pour la perliculture
2000Entre au " Club des N° 1 Mondiaux Français à l'Export "
Décoré Chevalier de la Croix de la Légion d'Honneur
2001Ouverture de la boutique Tahiti Perles à Vaitape, Bora Bora
2002Lancement de la marque Robert Wan
Ouverture de la première boutique Robert Wan à Bora Bora